Restauration Harlem Globetrotters par Zagebon

Z

zagebon

Non Membre

Point de départ

Donc, nous y voilà.

Internet est mon ami ! Après bien des recherches et une enchère ratée en 2008, je finis par mettre la main sur l’objet de mes rêves : un flipper Bally Harlem Globetrotters. Bien que ce flipper soit l’un des plus produits par la fabrique (14 500 exemplaires), il ne court plus vraiment les rues. J’en ai bien aperçu un, refait à neuf, en Allemagne, mais vendu EUR 5’000.00 ...

Et puis, déjà restauré, ça n’a pas le même charme.

Bon, le gars qui vends celui que je vise m’a prévenu : daté de 1979, il affiche quelques heures de vol au compteur et n’est plus très frais; il tourne «sur 3 cylindres», bien que la carte-mère ait été refaite. Il s’allume, mais c’est à peu près tout ce qu’il peut faire.

M’en fous, je le veux !

Je précise que c'est ma première restauration de flip et que je pars un peu à l'aveugle. Mais qui ne tente rien n'a rien, pas vrai ?


Etat des lieux

Levé de bonne heure le lendemain matin, je fonce dans mon garage, faire connaissance avec mon nouveau locataire qui n’a pas l’air trop content de me voir. On dirait qu’il fait la gueule.

Je le remets sur ses pieds, pour voir s’il tient debout.

Image-1-1.jpg


Premier constat : il est crade au possible. Certains stigmates ne trompent pas, il a dû passer ses belles années dans l’arrière-salle d’un bistrot. Brûlures de clopes sur la glace, toucher poisseux des boutons de flippers, cicatrices sur les flancs de la caisse. A l’intérieur, c’est gris et collant de crasse.

J’entreprends le montage du fronton, après avoir pris soin de mettre la backglass en lieu sûr. Si la machine a souffert des outrages du temps et de maltraitances, la backglass est impeccable. Donc essayons de ne pas la casser.

Le branchement des différents connecteurs est un peu plus problématique, car le précédent propriétaire les a simplement débranchés – quand il ne les a pas simplement sectionnés – pour démonter le fronton, sans noter quoi que ce soit sur les fiches.

J’y vais un peu au pif. Heureusement, avec les années, les torches de câbles ont pris des habitudes et leur forme me renseigne sur l’endroit où elles souhaitent être rangées.

Image-2-1.jpg

Il y a eu du bricolage là-dedans ...

Image-3-1.jpg

Tout est débranché


La fiche d’alimentation 220 V est un modèle français que je remplace par un modèle agréé ASE que j’insère dans une prise de mon enrouleur. Après une brève hésitation, le cœur battant, j’enclenche l’interrupteur principal.

Rien n’explose. Mieux, le flipper s’allume. Je lance quelques procédures de contrôle électroniques qui semblent s’exécuter normalement. Mais la bille ne se présente pas au départ.

Donc, tout n’est pas ok.

Pas important dans l’immédiat, puisque mon plan de restauration comporte trois phases :

1. Table de jeu (playfield)
2. Caisse (cabinet)
3. Electronique

Je retire la glace pour attaquer la phase 1.

Table de jeu

Le gars m’avait dit au téléphone : « le plateau est en assez bon état, juste un autocollant à retirer au milieu. Avec du White Spirit, ça ne devrait pas poser de problème ».

Ouais, ben le White Spirit, ça ne va pas suffire …

Le constat est aussi rapide que sans appel : la table de jeu est morte. A croire que certains se sont amusés à jouer avec une pierre ponce à la place de la bille. Le vernis est craquelé de partout et la peinture a disparu à plusieurs endroits, laissant sa place à la planche de bois. Les mylars se décollent, emportant la sérigraphie avec eux.

Image-4-2.jpg

L’autocollant cachait bien quelque chose ! Le chiffon et le White Spirit, ça va être un peu court

Image-5.jpg

Le temps et le manque d’entretien ont fait leur œuvre. Un mini-post en a eu marre et s’est fait la belle


Il est patent que le playfield n’a jamais été nettoyé en plus de trente ans de vie. Tous les caoutchoucs sont desséchés ou remplacés par des « trucs » indéfinissables qui n’ont rien à faire là.

Image-6.jpg

Plutôt que de changer la gomme, on a préféré la retendre à l’aide d’un clou

Image-7-1.jpg

La bille devait apprécier de rencontrer ce mini-post sans gomme !


Nouveau passage par Internet pour trouver une autre table de jeu que je déniche en Allemagne.

J’emploie les dix jours de délai de livraison à la dépose des éléments mécaniques et électriques. Un flipper, c’est super chouette vu de dessus. Vu du dessous, les choses changent …

Image-8-1.jpg

Je trouve un flipper nettement moins sexy vu du dessous


C'est à ce moment là que j'ai pris conscience de deux choses : 1) un flipper est fabriqué aux US, donc toutes mes clés métriques peuvent rester dans l'armoire 2) la visserie aussi est américaine et pète comme du verre ! Un quart de tour de serrage de trop et crac !

L’astuce : serrer fort les fesses mais pas les vis !

Le facteur arrive le 24 décembre (authentique) avec mon nouveau plateau; il est en bon état (le plateau, le facteur je sais pas), mais pas neuf. Donc nettoyage complet et passage au polish Ice avant de le remonter. J’ai démonté les boiseries qui bordent la table et les ai repeintes. Je change tous les mini-posts, monte un jeu complet de nouveaux caoutchoucs et je remplace toutes les attaches des éléments amovibles. Je repeins également les cibles rotatives.

Image-9-1.jpg

Tout étiqueter, sinon bonjour les embrouilles !

Après une cinquantaine d’heures de travail, voici le résultat :

Image-10-3.jpg

Le plateau avant

Image-11-2.jpg

Le plateau après

Image-12-2.jpg

Les cibles rotatives centrales avant

Image-13-3.jpg

Les mêmes après

J'ai refait les aprons que le temps avait méchamment jaunis.


Caisse

Au vu de l’état de la peinture et des marques de coups présentes un peu partout – sans parler de l’arrière qui est cassé – il n’y a pas dix solutions : il faut tout poncer, mastiquer les endroits les plus abîmés et refaire une peinture complète.

Les motifs (decals)

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, reproduire les motifs sur ordinateur n’est pas compliqué dès l’instant que l’on dispose des bons outils.

La première étape consiste à prendre une photo du motif à reproduire en haute résolution (dans mon cas, 12 mégapixels). Puis, à l’aide d’Adobe Photoshop, de sélectionner les contours du motif à reproduire, de vectoriser le tracé (transformer les pixels de l’image en fonctions mathématiques) et de le transférer dans Adobe Illustrator. La vectorisation offre l’avantage de ne plus travailler avec une image fixe qui se dégrade lorsque l’on en augmente la taille, mais avec une image dynamique que le logiciel interprète comme des courbes. Quelque soit l’agrandissement nécessaire, la qualité du tracé reste constante, sans aucune perte de qualité. C’est une astuce souvent utilisée par les graphistes.

Donc, par le menu :

Image-14-1.jpg

Photo haute résolution

Image-15.jpg

Sélection des contours du motif dans Photoshop

Image-16-1.jpg

Vectorisation dans Illustrator (avec un lissage des courbes)

Image-17-1.jpg

Remplissage du motif et retournement (pour être imprimé au dos de l’adhésif)

Avec un peu d’habitude, l’ensemble des opérations ne prend pas plus de 15 min.

Je répète l’opération pour chacun des motifs à reproduire. Je retouche les lettrages à l’aide de FontLab, pour obtenir des lettres bien régulières.

Je note les cotes de positionnement sur la caisse, car une fois poncée, les points de repère auront disparu.

Image-18.jpg



Image-19.jpg



Peinture

Le résultat final d’une peinture dépend en grande partie de la préparation de la surface et du nombre de couches appliquées.

S’il s’agit de colorer une pièce, deux couches de peinture sans ponçage sont largement suffisantes. Si en revanche le but est d’obtenir une belle teinte profonde et bien posée, le travail est tout autre. Par ailleurs, plus le nombre de couches est important, plus la couleur sera résistante au chocs et à l’usure du temps. Qui plus est, le blanc est une couleur difficile à réussir de manière parfaite.

Opération no. 1 : enlever la vieille peinture hors d’âge au moyen d’un ponçage à la machine en règle. Différentes finesses de ponce sont appliquées pour terminer au 240.

Image-20.jpg



Opération no. 2 : masticage et surfaçage, puis première couche de primaire pour lisser les pores du bois. Léger ponçage au 240 puis seconde couche de primaire et nouveau ponçage.

La suite est assez monotone : une couche de laque blanche, ponçage, couche de laque, ponçage, etc. En tout, dix couches successives avant le ponçage final, manuel au 800.

Image-21.jpg

Ponçage final au 800

Image-22.jpg

Et voilà une belle surface !


Pose des adhésifs et peinture

L’idée de départ est simple : reproduire les motifs sur de l’adhésif pour en faire des pochoirs (comme expliqué plus haut) à l’aide d’adhésifs découpés par une boite spécialisée. Je comprends très vite que cette solution me coûterait trois fois plus cher que les acheter tout prêts aux US. Le choix est vite fait et 10 jours plus tard, ils sont dans ma boîte à lettres.

La pose se fait en deux étapes : pose de l’autocollant correspondant à la couleur sur la caisse et retrait du film de transfert. Il faut poser un pochoir par couleur.

Image-23.jpg

La pose requiert de la précision et un peu de doigté

Image-24.jpg

Retrait du transfert

Les couleurs d’origines doivent être apposées dans un ordre précis, sinon le résultat final sera simplement faux et hideux. Donc film bleu, peinture et séchage, puis film rouge et peinture.

Image-25.jpg

Bleu posé et pochoir retiré

Image-26.jpg

Pose du pochoir rouge

Image-27.jpg

Peinture du pochoir rouge

Image-28.jpg

Une fois les pochoirs retirés


Même opération sur le corps du flip (cabinet)

Image-29.jpg


Image-30.jpg


Image-31.jpg


Image-32.jpg



J’en profite pour réparer l’arrière de la caisse était cassé à l’aide de colle, de vis et de mastic. Une fois terminée, la réparation n’est quasiment plus visible.

Image-33.jpg

Avant

Image-34.jpg

Après

Je profite de ce démontage complet pour remplacer les pieds d'origine anthracite et les lifts rouillés par une version chromée. Je nettoie tous les aluminiums et remplace toute la visserie par du neuf.

Résultat final

Bien que les pochoirs ne soient pas tout à fait identiques au modèle original (ils étaient pourtant certifié « Bally originals ») et pas symétriques d'une face sur l'autre (il m'a fallu faire une bonne dizaine de retouches pour que l'ensemble soit cohérent), le résultat final est assez sympa.

Image-35.jpg



Logos

J’en profite pour redessiner le sigle Bally qui était de très mauvaise qualité sur le decal d’origine et pour créer différentes versions du logo du monnayeur en utilisant cette fois un scannage haute résolution (456 ppc) de l’autocollant d’origine que j’ai récupéré. Comme il a été créé dans les années 70, il n’existe aucune police de caractère correspondante.

Image-36.jpg

Aux couleurs originales du team des Harlem Globetrotters

Image-37.jpg

Sur le thème du basket

Je n'ai pas encore arrêté mon choix définitif, mais j'aime bien la version basket.


Je vais maintenant attaquer la phase no. 3 : l'électronique. Je vous raconterai la suite.
 

claude.couillerot

Membres
Membre FF
ton travail est vraiment super propre sup. encore bravo .ce qui te semble simple retravaillé les images en un quart d'heure moi il me faut la journée et encore si j'y arrive félicitations pour le résultat final il respire se flipper.
 
M

Membre supprimé ST

Non Membre
C'est une tres belle restauration que j'ai pris beaucoup de plaisir a lire ! Et ton flipper il dégomme ! Bravo !
 

LorenZ

Membres
Membre FF
Salut,

Voilà le genre d'acharnement thérapeutique que j'aime. sup.
 

jmi-x

Membres
Membre FF
sup.

j en ais mis des francs dans ce flipp...........tu l a remis comme je l ais connu!!
 

jmi-x

Membres
Membre FF
comment est la vitre?
 
Z

zagebon

Non Membre
La vitre est comme neuve. Elle était poisseuse de toute sorte de trucs peu ragoûtants, mais une fois nettoyée, la bonne surprise.
 

xanderc

Membres
Membre FF
Magnifique résultat , Un grand Bravo !!
J'ai le même flipper à la maison et quelques travaux de peintures sur le plateau , qu'elle type de peinture as tu utilisé pour ta restauration de plateau ?
 

Magniez Christophe

Magniez
Membre FF
Bravo pour la qualité de ton travail ! Et merci de nous en faire profiter ! vivi
 

jmi-x

Membres
Membre FF
sans vouloir abuser, tu nous ferais pas un petit tuto tout simple sur la vectorisation avec toshop?
 
Z

zagebon

Non Membre
Merci pour tous vos commentaires enthousiastes !!! Waow !!! Ca donne envie de continuer.

Pour répondre à xanderc, j'ai utilisé de la peinture acrylique pour modèles réduits de bateaux (bois) qu'on trouve dans tous les magasins de modélisme. En plus, on y trouve des flopées de nuances, donc souvent celle qu'on cherche.

Après, tout est question de patience et de ... ponçage. Faut pas avoir peur de poncer le plateau au papier fin. Le vernis d'origine est solide. Juste faire gaffe de ne pas poncer les mylars, ils n'aiment pas ça et deviennent mats. L'alcool à brûler (mais sans y mettre le feu !) donne aussi des résultats surprenants pour nettoyer le plateau.

Pour jmi-x, ok pour le tuto sur Photoshop/Illustrator, vais m'y atteler. Te ferai signe quand il sera en ligne.
 

RipleYYY

Membres
Membre FF
après ce petit article sympa, mon seul com sera :

dis, t'as pas un HG à vendre ???

;)
 
Z

zagebon

Non Membre
Phase 3 : électronique

Donc, le plateau et la caisse étant refaits à neuf, il est temps de se munir d'un multimètre et d'un fer à souder pour s'attaquer aux entrailles de la bête.

Aucune fée n'est venue se pencher sur le cas de mon Harlem pendant que je m'occupais de la partie mécanique. il s'allume, mais rien de plus. Pas de son, pas de reset des cibles, pas de bille. Nada.

J'ai mes tensions à la sortie de la carte d'alimentation et à l'entrée des cartes, mais il ne se passe rien. Plutôt que d'opter pour le choix hasardeux de refaire les cartes moi-même, je décide de les envoyer chez un spécialiste : PinballDreams. Sept semaines et une fortune plus tard, je comprends que j'aurais mieux fait de m'adresser à David (pour la prochaine fois, ce sera chez toi, promis !).

Je remonte mes cartes et là, miracle : le flip reprend vie. Je peux même me faire quelques parties ! Bon, il y a encore quelques bricoles à régler et quelques faux contacts à traiter. Mais le Graal est proche, je le sens.

Je publierai les photos quand il sera à 100 %.

A plus, les acharnés !
 
Haut Bas